Soapbox Science 2022

A l’occasion de l’événement Soapbox Science, Maria De La Fuente Ruiz – Service Biogéochimie et Modélisation du Système Terre (BGEOSYS) – expliquera pourquoi le changement climatique n’est pas uniquement lié au CO2.

Le 25 juin 2022 de 12:00-18:00, Place de la Bourse à 1000 Bruxelles

Chaque année, la plateforme Soapbox Science organise des événements à travers le monde durant lesquels les espaces publics, où ils prennent place, se transforment en arène d’apprentissage et de débat scientifique.

À travers ces rencontres entre le public et les scientifiques, la plateforme a également la volonté de donner une visibilité aux femmes et personnes non-binaires et de lutter contre les inégalités entre les sexes qui subsistent dans le domaine scientifique.

Cette année, l’événement marque une halte àBruxelles et comptera sur la participation de Maria De La Fuente Ruiz, chercheuse postdoctorale au sein du groupe BGeoSyS de l’ULB.

Son intervention lors de l’événement Soapbox intitulée “Climate change is more than CO2” vise à sensibiliser aux différentes causes et effets du changement climatique qui, dans les médias, sont généralement simplifiés aux émissions de CO2 et aux changements de température mais qui sont en réalité beaucoup plus complexes et interdépendants. Selon elle, il est essentiel de familiariser la science du climat aux citoyens ordinaires pour qu’ils comprennent mieux l’urgence climatique que nous connaissons et que nous continuerons à connaître, et qu’ils agissent en conséquence.

Quant à l’objectif de Soapbox Science de donner davantage de visibilité aux femmes, Maria s’exprime:

“Je suis extrêmement heureuse de pouvoir porter la parole des femmes dans le domaine des sciences naturelles encore dominé par des figures masculines. J’ai été très active sur les médias sociaux et sur plusieurs projets parallèles (par exemple, une mer de femmes leaders ou le manifeste Fuerteventura) pour sensibiliser au changement climatique et à la durabilité et pour encourager les femmes à suivre leur passion dans le domaine scientifique.”

A propos de Maria De La Fuente Ruiz

Maria De La Fuente Ruiz a étudié une licence en géologie et un master en ingénierie géotechnique à Barcelone. Ensuite, elle a réalisé un doctorat en sciences océaniques (spécialisation dans la modélisation des hydrates de méthane) au National Oceanography Centre de Southampton (Royaume-Uni) où elle a eu l’opportunité de participer à plusieurs expéditions océanographiques en traversant l’océan Austral et l’Atlantique pendant plusieurs mois et en collectant des données pour observer les changements dans les propriétés physiques et chimiques des océans dus au changement climatique. En 2020, elle a lancé son projet “FIESTA” à l’ULB, supervisé par Sandra Ardnt (ULB), Héctor Marín-Moreno (NGI), et Tim A. Minshull (Université de Southampton).

A l’ULB, Maria étudie le puits benthique de méthane et les rétroactions benthiques entre le cycle du carbone et le climat en réponse à la dissociation des hydrates de gaz. Son travail vise à évaluer les émissions de méthane de l’océan émises par le climat et à examiner leurs effets environnementaux benthiques qui peuvent avoir un impact essentiel sur les rétroactions carbone-climat, les bilans régionaux de carbone inorganique dissous (DIC), l’acidification des océans, la désoxygénation et le déséquilibre des nutriments dans l’océan. Ce type d’investigation est un exemple clair de l’interconnexion des processus physiques et biogéochimiques qui peuvent alimenter le changement climatique et altérer la santé des océans dont la chimie est vitale pour tamponner les concentrations de carbone atmosphérique et l’augmentation de la température globale.